Il y a quelques jours, L’express publiait une étude sur les villes ou « il fait bon d’entreprendre ». La rédaction s’est attardée, sur la base de plusieurs facteurs (voir la méthodologie), à faire ressortir les villes facilitant le plus l’entrepreneuriat. Il ne reste plus qu’à entreprendre!

Avant toute présentation des résultats, il faut bien noter que la ville de Paris et sa région a été retiré du classement. La concentration d’acteurs et d’opportunités économiques de cette zone n’offre aucune possibilité de concurrence de la part du reste du territoire français.

 

Les grandes métropoles tirent leur épingle du jeu

Les 100 autres plus grandes agglomérations de France se sont donc disputé le titre. La métropole lyonnaise a sans surprise pris les devants. Les conclusions de l’étude mettent en avant « son tissu économique, très complet et dynamique, et ses atouts en termes d’attractivité ». Les opportunités d’entreprendre sur le territoire lyonnais sont régulières, cliquez ici pour demander plus d’informations.

De l’autre côté de la France se sont Bordeaux (2ème) et Nantes (3ème) qui complètent le podium. Ces agglomérations profitent notamment d’un flux migratoire important de la région parisienne. Ces deux métropoles de l’ouest maximisent cette dynamique en offrant « un éco-système complet » aux meneurs de projet qui souhaitent entreprendre.

Source article L’Express : https://www.lexpress.fr/region/le-palmares-des-villes-ou-il-fait-bon-entreprendre_2059824.html

 

Quelques surprises et de très beaux spots…

A la lecture du tableau ci-dessus, on peut mettre en valeur les belles performances des villes comme Angers, Nancy ou encore Caen. Grâce aux « liens technologiques unissant les laboratoires de recherche et le secteur privé » ces villes de taille plus modeste font preuve d’une belle performance. Nous notons aussi les performances de villes aux charmes non négligeables. Par exemple, qui ne rêverait pas d’entreprendre dans un cadre montagneux comme Annecy ou encore au soleil à Avignon ou encore au bord de mer à Antibes.

La Méthodologie :

Cette enquête de l’Express porte sur les 100 agglomérations de province les plus peuplées. Pour les comparer, nous avons retenu la notion “d’aire urbaine” de l’Insee, c’est-à-dire la ville-centre et toutes les commune qui en dépendent, même si elles en sont éloignées. C’est ainsi qu’on mesure le mieux l’étendue d’un bassin de vie.  

Les 35 indicateurs de l’enquête ont tous été recueillis auprès d’une source officielle puis ont été répartis en trois thèmes : “je vis”, “je travaille” et “j’entreprends”. 

Pour chacun d’entre eux, un rang a été attribué aux villes en fonction de leurs résultats. Comme au baccalauréat, tous les indicateurs ont été affectés d’un coefficient de pondération, en fonction de leur importance, pour aboutir aux classements thématiques. 

  • Les indicateurs : taux de création d’entreprises (coef 6), variation brute du nombre d’emplois (coef 5), nombre de formations dans l’enseignement supérieur (coef 5), nombre d’établissements dans un pôle de compétitivité (coef 5), nombre d’incubateurs (coef 5), durée d’un voyage en train vers Paris (coef 4), part de cadres des fonctions métropolitaines (coef 3), part des jeunes non insérés (coef 3), éligibilité au très haut débit (coef 3), couverture en 4G par l’opérateur mieux-disant (coef 3), Label French Tech (coef 3), trafic commercial de l’aéroport (coef 2), capacité d’hébergement touristique (coef 2), restaurants étoilés (coef 2) et espaces de coworking (coef 2).

 

Vous aussi vous pensez que ces villes méritent de connaitre notre concept Ar Preti – Crêperie Moderne ? Contactez-nous!

Rejoignez-nous